Accueil

Fonctionnaires et Personnels

contribuant à une mission de service public

Le dossier du mois

Cette rentrée scolaire 2019 aura été marquée par l’entrée en vigueur de la loi pour une école de la confiance et la mise en place d’une nouvelle organisation du lycée. Le site vie-publique.fr publie un dossier complet sur ces nouveautés. Notre dossier reprend l’essentiel des mesures présentées.



Les changements dans l’enseignement du premier degré


L’âge de l’instruction obligatoire abaissé à 3 ans


L’une des mesures phares de la loi du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance est l’abaissement de l’âge de l’instruction obligatoire de 6 à 3 ans dès la rentrée 2019. D’après l’étude d’impact qui accompagnait le projet de loi, c’est à cet âge que l’enfant doit acquérir les compétences indispensables pour aborder l’apprentissage des fondamentaux à l’école : lire, écrire, compter et respecter autrui.

L’instruction obligatoire a pour corollaire l’obligation d’assiduité. À l’initiative du Sénat, un assouplissement du contrôle de l’assiduité est prévu pour les élèves de petite section de maternelle. Un décret du 2 août 2019 en précise les modalités. Ces aménagements ne peuvent porter que sur les heures de classe prévues l’après-midi. Les responsables de l’enfant doivent adresser au directeur de l’école une demande d’aménagement, écrite et signée.

Une école maternelle de l’épanouissement et du langage

La circulaire donne la priorité à l’enseignement structuré du langage oral. Des recommandations pédagogiques sont jointes à la circulaire. Elles définissent les principaux points sur lesquels fonder une programmation des enseignements du langage.

Réduction des effectifs dans les classes


Initié en 2017, le dédoublement des classes de CP et CE1 dans les écoles REP (Réseau d’éducation prioritaire) et REP+ (Réseau d’éducation prioritaire renforcée) est étendu à la rentrée 2019 aux classes de grande section.

Lecture, chorale et patrimoine à l’école primaire

En matière d’éducation artistique et culturelle (EAC), la circulaire fixe trois objectifs prioritaires :

• la promotion de la lecture et du livre : des animations autour de la lecture et des prêts de livres sont mis en place pour susciter le plaisir de lire chez l’enfant ;

• la musique : un plan chorale est lancé à la rentrée 2019 pour développer la pratique artistique musicale à l’école primaire, au collège et au lycée ;

• la découverte du patrimoine de proximité et de l’histoire des arts.

Des drapeaux français et européens dans les classes

La loi pour une école de confiance prévoit de rendre obligatoire la présence du drapeau tricolore et du drapeau européen dans chaque classe sous forme d’affiches, ainsi que la devise "liberté, égalité, fraternité" et les paroles du refrain de l’hymne national dans tous les établissements du primaire et du secondaire, publics ou privés. Par ailleurs, les cartes de France affichées en salle de classe devront représenter les territoires français d’outre-mer.

Cantine à 1 euro et petits-déjeuners gratuits

Deux initiatives ont été lancées en avril 2019 dans le cadre du plan national de lutte contre la pauvreté : la cantine à 1 euro et les petits-déjeuners gratuits à l’école :

• La cantine à 1 euro doit permettre aux enfants issus de familles défavorisées de bénéficier d’un repas complet par jour pour un euro maximum dans les communes rurales fragiles. Cela devrait concerner entre 60 et 120 000 enfants selon le ministère de la santé.

• Les petits-déjeuners gratuits à l’école, mis en place dans 8 académies tests, sont étendus à tout le territoire français en septembre 2019 dans les écoles en zone d’éducation prioritaire ou rurale. Ces petits-déjeuners seront distribués à environ 100 000 écoliers.

Accueil des élèves en situation de handicap

L’un des objectifs majeurs de la loi pour une école de la confiance est d’offrir à chaque enfant en situation de handicap la même rentrée scolaire que tous les autres enfants. Depuis la loi handicap du 11 février 2005, ce sont près de 340 000 enfants handicapés qui sont scolarisés en milieu ordinaire, c’est trois fois plus qu’en 2006.

Afin de mieux accompagner ces élèves, un Service départemental de l’école inclusive (SDEI) est créé dans chaque département dès cette rentrée. Selon la circulaire de rentrée pour une école inclusive, ce service a pour mission "l’organisation, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de la politique de scolarisation des élèves handicapés".

Les enseignants bénéficient de ressources pédagogiques en ligne sur la plateforme "Cap École inclusive" pour les accompagner dans la mise en place d’aménagements pédagogiques pour les élèves à besoins éducatifs particuliers.

La réforme du lycée vers le Bac 2021

La réforme du baccalauréat sera appliquée à partir de la session de juin 2021. Elle entraîne des changements progressifs dans l’organisation du lycée.
A la rentrée 2019, un enseignement "Sciences numériques et technologie", dédié à l’histoire et aux enjeux de la révolution numérique, est mis en place pour tous les élèves de seconde générale.

Pour les élèves qui entrent en classe de première, les filières de la voie générale (L, ES, S) sont supprimées et remplacées par un tronc commun : le français, la philosophie, l’histoire-géographie, l’enseignement moral et civique, l’enseignement scientifique, les langues vivantes, le sport.
Les lycéens choisissent trois spécialités qui s’ajoutent au tronc commun en classe de première, puis deux spécialités en classe de terminale. Avec la multiplication des possibilités, le problème d’une implantation équitable sur le territoire des enseignements de spécialité, garantissant à chaque lycéen le choix de ses enseignements, s’est posé.

Selon les chiffres diffusés par le ministère en juillet 2019, 92% des lycées publics proposent au moins les 7 enseignements de spécialité les plus courants.
Conséquence de cette nouvelle organisation, les programmes scolaires du lycée sont revus. Les nouveaux programmes des classes de seconde et de première entrent en vigueur à la rentrée 2019. Publiés au Bulletin officiel du 22 janvier 2019, ils donnent en particulier une place nouvelle au développement des compétences orales, par la pratique de l’argumentation, pour préparer la nouvelle épreuve orale du baccalauréat 2021. Les nouveaux programmes pour la classe terminale sont en cours de publication et devraient être appliqués à la rentrée 2020.